Addiction aux jeux à gratter : ça monte !


L’addiction aux jeux à gratter existe, et elle prend plusieurs formes. De plus en plus de joueurs sont accros aux jeux de grattage, mais quelle est la tendance réelle ces derniers temps ?

La Française des jeux propose de plus en plus de jeux de hasard, et parmi ces jeux, de plus en plus de jeux de grattage sont soumis aux joueurs. Mais est-ce que ces derniers sont plus enclins à être « addicts » aux jeux de grattage ?

Déjà, qu’est-ce que l’addiction ? La définition la plus simple et qui se rapproche le plus de la définition précise, est celle donnée par le site étatique drogues.gouv. 

L’addiction est une affection cérébrale chronique, récidivante, caractérisée par la recherche et l’usage compulsifs de drogue, malgré la connaissance de ses conséquences nocives.

Les ventes de jeux à gratter s’envolent, mais…

Les jeux à gratter sont très populaires, et bien qu’ils aient subi une baisse des ventes il y a une dizaine d’années, aujourd’hui, c’est différent. En effet, depuis l’arrivée du nouveau Président directeur général, Stéphane Pallez, la FDJ ne cesse d’augmenter ses ventes, notamment en direction des aficionados des jeux à gratter. 

Le but poursuivi par la Française des jeux ces dernières années, c’est d’attirer de nombreux nouveaux joueurs, et à ce niveau, ce n’est qu’une demi-réussite. Ainsi, le nombreux de jeux à gratter vendus a largement augmenté, mais pas proportionnellement par rapport au nombre de joueurs. Ainsi, plus de jeux sont vendus, mais sensiblement aux mêmes joueurs qu’avant. 

Augmentation du nombre de mises total en trois ans addiction en vue
Les mises ont significativement augmenté depuis 2015. Les joueurs jouent plus gros !

De plus, en trois ans, les mises ont augmenté de 17 %, les joueurs sont de plus en plus enclins à dépenser plus pour jouer.

Quand on fait ce rapprochement, on peut logiquement s’inquiéter en se demandant si ces joueurs ne risquent pas l’addiction pure et simple aux jeux à gratter.

Un vrai problème de dépendance pour les jeux de grattage ?

Finalement, les jeux à gratter provoquent-ils une vraie dépendance, ou bien alors le tableau est-il noirci ?

Concrètement, sur les 19 millions de « gratteux » en France, 1 million d’entre eux ne peuvent plus s’en passer. Et bien que la FDJ affirme que 95 % des Français grattent un ticket de temps en temps pour le « fun », il nous reste tout de même 5% d’individu qui jouent beaucoup trop souvent.

Ces joueurs réguliers sont tout autant un public à risque, surtout lorsque l’on sait qu’ils grattent le plus souvent des tickets à 5 ou 10 euros comme le CASH ou encore le Millionnaire. 

En effet, bien que la plupart des joueurs occasionnels préfèrent s’adonner de temps à autre à un jeu à 1 ou 2 €, les joueurs à consommation excessive ont quant à eux tendance à plébisciter les jeux à 5 € voire 10 €. Pour eux, la raison de se tourner vers ces jeux à gratter est claire. Dès lors qu’ils peuvent remporter un gros gain, ils pourront alors arrêter de jouer.

Néanmoins, lorsque l’on s’attarde sur les chances de gagner au Millionnaire par exemple, on s’aperçoit que les chances de remporter les gains les plus importants sont faibles, et plus on espère gagner gros, plus les probabilités de les remporter s’amenuisent.

Ainsi, c’est un cercle vicieux qui attire sans cesse ces joueurs dans la quête de leur gros gain qui leur permettrait enfin d’arrêter de jouer. Et c’est bien là que l’addiction commence et que le jeu cesse d’être un plaisir

L’addiction aux jeux de grattage existe bel et bien, tout comme d’autres formes d’addictions, et que la meilleure façon de la détecter reste de se tester à l’aide de questionnaires concernant l’addiction, et surtout, d’en parler autour de vous. 

En tout cas, il faut en parler avant d’atteindre le point de rupture, et de se retrouver dans des situations à problèmes et insolites…

Addiction aux jeux de grattage : des formes insolites

L’addiction aux jeux à gratter peut être tellement forte, qu’elle peut amener un individu à commettre des actes à la limite de la légalité, voire, dans certains cas, incohérents. 

En effet, il y a quelques jours, un homme a été arrêté par la Police à Fontainebleau. Cet homme, âgé de 37 ans, a été interpellé pour avoir volé dans des dizaines de voitures sur les parkings du coin. En plus de ces méfaits, il est également aujourd’hui poursuivi pour avoir cambriolé une cave d’un immeuble, et cela, avec effraction. 
La défense du prévenu ? Ces vols l’ont aidé à financer ses achats de jeux à gratter…

Une autre affaire insolite a eu lieu il y a quelques mois. Une femme travaillant dans un Bar Tabac, grattait elle-même ses propres tickets afin de remporter le gros lot. Jusque-là, l’histoire pourrait être banale… Mais la femme, âgée d’une quarantaine d’années, grattait jusqu’à 60 tickets par jours, notamment des tickets à 5 € comme le CASH ou le jeu JACKPOT 500 000, tout en pensant pouvoir les payer « plus tard ».

En tout, le préjudice s’élève à 84 000 € pour le gérant de ce Bar Tabac de Guinguamp, ce qui représente, 16 800 tickets à gratter CASH ! La femme a fini par être victime, sans s’en rendre compte, de son addiction aux jeux à gratter.

Pour conclure sur la dépendance…

Ainsi, ces exemples nous démontrent que personne n’est à l’abri de la dépendance aux jeux de grattage. Il ne faut pas hésiter à en parler autour de vous, et, de vous servir des brochures que la Française des jeux mets à disposition dans ses points de vente. 

Si vous avez des questions ou des suggestions, n’hésitez pas à contacter notre équipe.

Commentaires 0

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *